Category: Bandes dessinées

30
Jan

Oleg

Frederik Peeters, éditions Atrabile
Oleg de Frederik Peeters est un petit bijou de sensibilité, l’auteur joue avec l’autofiction et nous fait naviguer entre réalité et fiction. Avec beaucoup d’intelligence et d’humour, il nous fait découvrir son univers de travail et son intimité familiale.
Vraiment très bien !
30
Jan

Yellow Cab

Chabouté, éditions Vents d’Ouest
Ambiance New York City avec le Yellow Cab de Chabouté.
Chassé-croisé entre fiction et réalité ici encore avec ce réalisateur qui décide de devenir chauffeur de taxi afin d’explorer le terrain pour un futur film. C’est très beau, intéressant et humain. On adore.
07
Sep

Anaïs Nin : Sur la mer des mensonges

Léonie Bischoff, éditions Casterman
Superbe travail que ce roman graphique sur Anaïs Nin, connue notamment pour ses journaux et nouvelles érotiques ainsi que pour ses liens amicaux et amoureux avec des auteurs dont Henry Miller. Le dessin poétique et fantasque de Léonie Bischoff sublime ce portrait d’une femme courageuse cherchant non pas à être normale mais à être elle même. Magnifique.
03
Sep

In Waves

AJ Dungo, édition Casterman

Tout en délicatesse In Waves est un petit précis d’histoire du surf ainsi qu’un beau témoignage sur l’épreuve de la perte d’un être cher. Chapitres bleutés, AJ raconte sa relation amoureuse avec Kristen, tous deux partagent une même passion pour le surf, mais le cancer viendra s’en mêler puis emportera la jeune femme. Chapitres orangés, nous découvrons la naissance du surf et deux figures historiques de ce sport. Du creux de la vague à sa crête, ce très beau roman graphique nous emporte, intéressant, émouvant, bref une réussite ! Une lecture à ne pas manquer.

19
Juil

Il fallait que je vous le dise

Aude Mermilliod, éditions Casterman
Le sujet reste toujours encore un peu tabou.. On ne parle pas si simplement d’avortement, tout d’abord parce que cette intervention est loin d’être anodine mais aussi parce qu’elle n’est autorisée que depuis 40 ans. C’est pourtant avec une grande simplicité et une vraie émotion qu’Aude Mermilliod évoque son expérience personnelle. Cette bande dessinée, regard croisé entre la bédéiste, et le romancier Martin Winckler est instructive et touchante. Une lecture d’autant plus nécessaire que rien n’est acquis, comme certaines femmes l’ont découvert amèrement dans certaines régions du monde.
04
Mai

Portrait d’un buveur

Schrauwen, Ruppert, Mulot, éditions Dupuis

Pour ce nouvel album les compères Ruppert & Mulot s’associent à Schrauwen et délivrent un petit bijou d’humour noir ! Découvrez Guy, ivrogne et charpentier qui verse dans la piraterie. Mais attention, on est loin de l’univers édulcoré à la Disney, car Guy n’a aucun sens moral et n’est guidé que par une idée fixe : boire et si pour ça il faut mentir, tricher ou tuer, il le fera. La richesse du récit et une indéniable élégance graphique font de cet album une véritable réussite.

04
Mai

Cassandra Darke

Posy Simmonds, éditions Denoël Graphic

Elle est bien loin l’image de Mamie Nova, tendre grand-mère.   Cassandra Drake est plutôt du genre Tatie Danielle : odieuse, avare, égoïste, voleuse et menteuse.  Une anti-héroïne comme on adore les détester, qui dans cette histoire aux allures de conte de noël londonien n’est pas sans rappeler un certain Scrooge. Sauf qu’ici nul fantôme. C’est une arme retrouvée dans l’appartement qu’elle louait à la jeune et naïve Nicki qui va venir semer le trouble.. Avec brio, Posy Simmonds mêle roman et bande dessinée et nous offre un récit prenant au dessin évocateur qui ne manque pas de souligner certains travers de la société anglaise contemporaine. Un régal de lecture !

15
Jan

Le Dieu Vagabond

Fabrizio Dori, éditions Sarbacane

Le peintre et illustrateur Fabrizio Dori entraîne le lecteur dans une errance facétieuse aux côtés d’Eustis, un satyre déchu parti à la recherche du dieu Pan et de son paradis perdu dans le monde des humains. Par un surprenant et savoureux mélange graphique, prétexte à de multiples références picturales (l’Art nouveau, l’estampe japonaise, les impressionnistes…) et littéraires, le Dieu vagabond s’offre comme une somptueuse rêverie sans queue ni tête, une promenade enchantée dans l’univers et des dieux.

15
Jan

Un été sans maman

Grégory Panaccione, éditions Delcourt, Shampooing

Après Un océan d’amour, Panaccione revient avec une très belle bande dessinée, Un été sans maman, qui mêle un récit d’enfance à un fait divers de l’Italie de l’après-guerre, en les reliant par le prisme du rêve et du fantastique. Lucie passe un été chez des amis italiens de sa mère. La petite fille passe son temps sur la plage à contempler une île qu’elle aperçoit au loin. En 1947, un bateau transportant plus de 80 enfants faisait naufrage aux abords de cette île. Une quarantaine d’entre eux perdaient la vie ce jour-là. Les fantômes des enfants hantent le rivage sous la forme de petits poissons sur pattes chaussés dans de grands souliers noirs. Panaccione allie l’infinie tristesse d’un drame à un récit d’enfance chaleureux, plein d’humour et de tendresse. Une très belle histoire sans parole.

03
Sep

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres

Emil Ferris, éditions Monsieur Toussaint Louverture

Les éditions Monsieur Toussaint Louverture parviennent toujours à dénicher la perle qui ravira et nos imaginaires et nos soifs de lectures. Pour cette rentrée, on nous a concocté une sacrée surprise : une bande dessinée époustouflante de maîtrise graphique, tourmentée, drôle et dérangeante, qui raconte l’histoire d’une petite fille dans le Chicago des années 60 qui se prend pour un loup-garou et qui va enquêter sur le suicide fort suspect de sa belle voisine, une survivante de l’holocauste…
Parfait pour ceux qui veulent en prendre plein les mirettes !